Les small press de 2018

French small presses pick up the slack in genre when the publishers fail to create imprints.

Les small press ne finissent pas d’apparaître en France. Il faut dire que devant le peu d’empressement des grands éditeurs généralistes français à créer des labels spécialisés, l’on peut comprendre que des passionnés se lancent dans l’aventure. Et les éditeurs spécialisés les plus importants préfèrent publier des traductions. Donc devant le nombre d’auteurs français de bons niveaux, les small press sont une solution..

Gephyre :
Cette maison d’édition s’est illustrée récemment en publiant en format papier, un volume regroupant les épisodes de la première saison de la série numérique Toxic, une saga où les humains sont pris entre peste zombie et invasion extraterrestre.
Mais Gephyre a aussi publié des auteurs comme Maelig Duval et a également traduit l’auteur espagnol Santiago Eximeno.

Edition 1115
Cette édition place ses récit sous le signe du voyage. Ils ont signé plusieurs nouveaux auteurs et notamment Marge Nantel qui avec l’Ombre des miroirs signe une fantasy de cape et d’épée de haute tenue.
Ils ont également lancé une collection de nouvelles au format papier où figure entre autre le très prolifique Bruno Pochesci.

Editions d’Utoh
Cet éditeur de fantasy lui aussi apporte beaucoup de sang neuf à l’imaginaire français. Ils ont entre autre publié Geoffrey Legrand, un auteur révélé il y a quelques années par le webzine Mots et Légendes.

Noir d’Absinthe.
Maison d’édition lancée par l’auteur Dorian Lake, pour publier certaines de ces œuvres. Il a ouvert largement à de nouveaux auteurs également. Et le programme 2019 est des plus alléchant puisque l’auteur AF Lune, l’un des piliers de la revue Etherval sera du voyage.

Editions l’Alchimiste
Créées à l’initiative de l’auteur Lionel Cruzille, là aussi pour publier certains de ses titres, il s’est ouvert à de jeunes auteurs.

Related articles

SOME OF THE BEST YA SF EVER: The “Winston Juveniles”—Part One

Back in the Good Old (or Bad, depends on your point of view) Days, fiction—especially SF—that was written for a teen audience was called “Juvenile” fiction; I don’t believe any disparagement was meant, or at least we juveniles (except for the “delinquents”) never took it as disparaging. Nowadays teens are called “Young Adults,” and fiction […]

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.